Les 7 idées fausses à combattre sur le stationnement au Touquet

Suite à l’article paru ce jour dans la Voix du Nord, il est indispensable  de rectifier 7 idées fausses sur le stationnement au Touquet :

 1. C’est devenu payant partout. FAUX.
Sur les 7 500 places de stationnement,1/3 des emplacements est gratuit toute l’année.

2. Le prix du stationnement a augmenté (de 30% selon Autoplus !). FAUX !

Depuis 2014, le stationnement a été simplifié en 2 zones et le tarif en zone verte a baissé, passant de 1,50 à 1,30 euros/heure.

3. Pour aller dans le centre-ville, près des commerces, il faut payer très cher. FAUX !
Il existe désormais 107  bornes statio-minutes 1 heure de gratuité en cœur de ville et 30 mns à Quentovic. Récemment, ce sont des arrêts 15 mns qui ont été créés à chaque intersection de la rue Saint Jean avec ses rues perpendiculaires, soit 17 nouveaux emplacements gratuits d’un quart d’heure, pour des courses rapides.

4. C’est de plus en plus souvent payant. FAUX !
Outre la semaine (en dehors des vacances scolaires des zones B et C), le stationnement gratuit est désormais étendu en décembre et jusque la fin janvier pendant toute l’opération Si Le Touquet m’était conté

5. Il existe une vignette à l’année à un prix très intéressant mais elle est réservée aux touquettois. FAUX.

Une vignette annuelle pour tous est désormais disponible dans la zone verte,  sur simple présentation de la carte grise, au tarif de 40 euros.
Quant aux  résidents touquettois, ils peuvent stationner toutes zones toute l’année pour 5 euros par mois.

6. L’argent du stationnement sert à payer les dépenses de fonctionnement. FAUX.

Les recettes du stationnement payant sont entièrement réinvesties, chaque année, dans la rénovation et l’embellissement de la ville, au travers de la réfection des trottoirs et des différents aménagements améliorant le cadre de vie. Ce sont ces recettes qui vont permettre, notamment, de financer le nouvel aménagement près des Arcades, rue de Metz, et la mise en plateau de l’Avenue Saint Jean.

7. Au Touquet, on n’aime pas les voitures. FAUX.

Si la ville a souhaité accorder plus d’attention aux piétons et aux cyclistes, elle veille à ce que toute la station reste accessible à la voiture. En mettant fin au stationnement alterné, en créant des emplacements supplémentaires, en réorganisant le stationnement payant, elle vise à trouver le bon équilibre et à renforcer l’attractivité de notre vie commerciale.

Nous assumons notre politique, conçue dans le dialogue et la concertation avec la population et les acteurs économiques de la station. Nous demandons seulement à ce qu’elle ne soit pas défigurée au risque de décourager de potentiels visiteurs à venir au Touquet.

FacebookTwitterPartager

Dragon 62 : appel à la mobilisation de tous !

La mobilisation pour le retour du Dragon 62 doit se poursuivre ! Après avoir écrit à François Hollande, je viens d’adresser à tous les maires de la zone d’intervention de l’hélicoptère de la sécurité civile, ainsi qu’aux présidents des départements du Pas-de-Calais et de la Somme et aux présidents des régions Nord-Pas-de-Calais et Picardie pour leur demander  d’interpeller, à leur tour, le Président de la République sur les conséquences désastreuses, en matière de sécurité, de la fermeture définitive de la base du Touquet.

Il faut rappeler que depuis 2009, Dragon 62 a réalisé plus de 1500 missions et assuré le secours de 900 personnes nécessitant une prise en charge rapide dans le cadre d’une détresse vitale. En 2013, 330 personnes ont été secourues grâce à cet hélicoptère.

Parce que son retour sur notre littoral est indispensable pour la sécurité de tous, j’invite également toute la population et les professionnels de secours et de santé à se mobiliser et à faire part de leur mécontentement en écrivant  directement au Président de la République, sur le site internet de l’Elysée : http://www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique ou par courrier au 55 Rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris

Dragon 62 : une décision lourde de conséquences

C’est par un courrier daté de ce 28 juillet que le Ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve vient  de me signifier la fermeture définitive de la base de l’hélicoptère de la sécurité civile du Touquet.  Une décision qui tombe en plein cœur de l’été, au moment même où le Dragon 62 fait cruellement défaut sur notre littoral et qui va totalement à l’encontre de l’avis formulé par les élus de tous bords confondus, des sapeurs-pompiers et des professionnels de santé.

Ce courrier montre aussi le manque de courage du gouvernement dans ce dossier qui n’a pas osé annoncer de but en blanc, le retrait définitif du Dragon 62, en parlant de retrait provisoire alors même que la base du Touquet était progressivement démantelée en catimini…

Alors que le Président de la République multiplie les déplacements pour prôner  la sécurité en cette période estivale sur les littoraux français, cette décision de nous enlever définitivement l’hélicoptère de la sécurité civile montre bien le double discours du gouvernement

Je dénonce vivement cette décision et demande à François Hollande, dans une lettre que je lui ai adressée dès ce mardi, à reconsidérer rapidement cette fermeture  qui engage la responsabilité de son gouvernement sur la sécurité des habitants et des touristes de notre Côte

My Ferry Link : le compte n’y est pas

Le ministre des transports a annoncé un protocole d’accord pour mettre fin au dossier Myferrylink. Il faut bien reconnaître que le compte n’y est pas. Plus de 100 salariés vont rester sur le carreau et ceux qui seront repris n’ont aucune garantie sur leurs conditions d’embauche. Il est d’ailleurs bien tard pour le gouvernement de se manifester alors que l’on assiste au 2eme naufrage de SeaFrance et à la disparition du pavillon français à Calais.

Arrêté sur les nuisibles : une méconnaissance flagrante du terrain

Le Ministère de l’Ecologie a récemment rendu public l’arrêté sur les nuisibles concernant le Département du Pas-de-Calais.

En retirant la belette de la liste des nuisibles et en permettant que le putois ne devienne que partiellement nuisible, le Gouvernement, non seulement ne respecte pas la décision du Conseil d’Etat sur le putois, mais pire encore, ignore totalement la réalité de terrain et sous estime le risque réel sur la santé publique et les dégâts potentiels sur la faune sauvage et sur les élevages privés et professionnels.

A de nombreuses reprises, en tant que Député du Pas-de-Calais, j’ai écrit à Madame la Ministre de l’Ecologie pour lui demander d’inscrire la belette et le putois dans la liste des nuisibles.

L’arrêté, qui a été publié récemment, reflète à la fois de la méconnaissance et de l’obstination du gouvernement sur ce sujet comme sur de nombreux autres sujets concernant la chasse.

Le mutisme du gouvernement face aux propositions concrètes et aux attentes des 35 000 chasseurs du Pas-de-Calais révèle sa vraie nature.

Je continuerai néanmoins, en ce qui me concerne, à soutenir avec toute l’énergie nécessaire les vrais défenseurs et les vrais amoureux de la nature que sont les chasseurs de France et en particulier du Nord – Pas-de-Calais.