Daniel Fasquelle Député du Pas-de-Calais - Trésorier des Républicains
  • Daniel Fasquelle, nouveau mousquetaire sarkozyste, dossard 62 dans l’hémicycle

    daniel_fasquelle_pays_sipa

    Le 3 juillet, après l’intervention télévisée de Nicolas Sarkozy, Daniel Fasquelle est allé sur cinq plateaux télés. Peu connu du grand public, le député UMP du Pas-de-Calais, 51 ans, est devenu un habitué des chaînes d’info depuis qu’il s’est mué en ardent défenseur de l’ancien chef de l’Etat. 

    Entre l’ex-président et lui, c’est une histoire récente. Si Daniel Fasquelle a fait, comme lui, ses gammes au RPR, il n’est vraiment devenu un de ses interlocuteurs réguliers que depuis l’an passé. Quand ce prof d’université, agrégé de droit privé et de sciences criminelles, est élu député en 2007, Nicolas Sarkozy entre à l’Elysée. C’est lors du quinquennat précédent, alors en pleine conquête, que ce dernier a cherché à séduire méticuleusement chaque parlementaire. Devenu président, il n’en a plus le temps. Daniel Fasquelle le rencontre à plusieurs reprises, mais ce n’est jamais en tête-à-tête.

    Celui-ci aura lieu en 2013. Lors du duel entre Jean-François Copé et François Fillon, le député-maire du Touquet, réélu en 2012 avec 55%, ne choisit personne. L’issue tragique du match renforce sa détermination: «Cela m’a convaincu que Nicolas Sarkozy était la seule solution pour l’UMP et le pays.» Il va le lui dire, rue de Miromesnil. Devient un de ses visiteurs réguliers. Lui organise des déjeuners avec d’autres députés. Le 11 janvier 2014 sera une date particulière: Carla Bruni vient chanter au Touquet. Comme d’habitude, son mari l’accompagne. En attendant que le concert commence, il va passer une heure et demi au domicile de Daniel Fasquelle, fait la connaissance de son épouse, de ses trois enfants… «Depuis, Nicolas Sarkozy a une vraie affection pour lui», témoigne un collaborateur de l’ex-président.

    Spécialiste des questions de compétitivité et de tourisme, investi pour améliorer l’insertion des enfants handicapés dans la société, grand défenseur de la chasse, Daniel Fasquelle occupe la place 62 (comme le département du Pas-de-Calais) dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale. «Je n’ai pas autant de courage que Nicolas Sarkozy, dit-il. Mais j’essaye d’en avoir aussi.» Pour la grande guerre, il sera en première ligne.

    Par , Journaliste à L’Opinion

    FacebookTwitterPartager