Daniel Fasquelle Député du Pas-de-Calais - Trésorier des Républicains
  • Eoliennes offshore : une excellente nouvelle pour notre Côte d’Opale Sud !

    C’est une excellente nouvelle pour notre Sud de la Côte d’Opale dont nous pouvons nous réjouir : le projet d’éoliennes offshore au large de Berck, de Merlimont, Cucq et Le Touquet, n’est pas inscrit dans le troisième appel d’offres français annoncé ce lundi par la Ministre de l’environnement Ségolène Royal.

    On évite ainsi que notre côte soit défigurée, notre environnement abimé et que nos activités économiques comme la pêche et le tourisme soient destabilisées. C’est à ce titre que nous avions créé, il y a trois ans, le collectif Horizon avec les élus, les pêcheurs, les chasseurs et les acteurs économiques du territoire. 

    Je m’étais saisi de ce dossier depuis plusieurs mois, multipliant les démarches et les courriers auprès des préfets concernés et de la Ministre de l’Environnement et en faisant voter plusieurs motions par l’ensemble des élus du sud de la Côte d’Opale, relayant ainsi les inquiétudes des marins pêcheurs, des chasseurs, des élus et des acteurs économiques et soulignant l’impact désastreux et irrémédiable que ce projet représenterait sur la vie de notre littoral très touristique.

    Aujourd’hui, même si nous accueillons cette nouvelle avec satisfaction,  je reste néanmoins vigilant sur ce dossier et j’attends les propos qui seront tenus par Ségolène Royal, ce vendredi à Paris, lors de la conférence « Croissance bleue et climat ». La Ministre sera interrogée par la filière éolienne et le Syndicat des Energies renouvelables sur les futurs projets envisageables à court terme en France. La prudence reste donc de mise tant les appétits des investisseurs sont grands autour de ce qui fait figure de « poule aux d’or » et qui devra bien un jour être remis en cause.
     

    Pour rappel : Motion de février 2015 votée en conseil municipal de Berck-sur-mer, au conseil communautaire d’Opale Sud et au conseil communautaire de la Communauté de Communes Mer et Terres d’Opale.

    La loi du 3 août 2009 pour la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement dispose que dans chaque région, un schéma régional des énergies renouvelables définisse, par zone géographique, des objectifs quantitatifs et qualitatifs en matière de valorisation du potentiel énergétique renouvelable de son territoire.

    La Communauté de Communes Mer et Terres d’Opale et particulièrement ses communes littorales sont directement et de manière récurrente touchées par des projets de développement de l’éolien en mer. En l’espèce, le Conseil municipal du Touquet-Paris-Plage, par délibérations des 18 juin 2010 et 12 décembre 2011 a déjà affirmé d’une part, son hostilité au projet d’installation d’un parc éolien en mer au large du sud de notre Côte d’Opale.

    En effet, cette implantation dénaturerait notre paysage et de ce fait diminuerait fortement l’attrait touristique de notre littoral. C’est aujourd’hui ce qui représente l’atout principal de notre pouvoir de séduction envers les clientèles étrangères que d’offrir ces espaces de nature grandioses et préservés de toute intervention de l’homme. Le Touquet-Paris-Plage a fait de la préservation de l’environnement un des axes principaux de son action et apprécie cette chance inestimable d’avoir un littoral qui fait aujourd’hui la fierté des hommes qui vivent sur ce territoire.

    Chaque année, des moyens budgétaires importants sont réservés pour renaturer le front de mer, bétonné pendant de nombreuses années. Dans ces conditions, on ne peut accepter de voir aujourd’hui bétonner la mer par la main de l’homme. Implanter au large de nos côtes un tel dispositif, c’est mettre fin à des années d’efforts de tous nos élus pour maintenir cet équilibre fragile entre économie, environnement et tourisme. Par ailleurs, la Ville du Touquet Paris-Plage dispose d’un atout touristique indéniable à travers son aéroport international.

    L’implantation des éoliennes face à son front de mer et les lumières clignotantes par nuit, rendront dangereux l’accès à notre aéroport et représenteront un risque énorme d’accidents potentiels. De notre positionnement géographique, nous avons la chance aujourd’hui de pouvoir apercevoir par beau temps, les falaises anglaises, d’une hauteur de 100 mètres et situées à 30 km.

    Qu’en sera-t-il demain et comment peut-on nous laisser penser que nous préserverons nos espaces alors que nous aurons devant nous, à 10 km, une barrière d’éoliennes qui nous empêchera de continuer à admirer ce paysage ? Les marins pêcheurs, les chasseurs, les élus, les acteurs économiques sont inquiets de l’impact désastreux et irrémédiable que ce projet représenterait sur la vie de notre région.

    C’est pourquoi il est proposé au Conseil municipal :

    – de réaffirmer, conformément aux délibérations du 18 juin 2010 et 12 décembre 2011, l’hostilité de la Ville du Touquet à l’implantation sur le territoire communautaire de tout ouvrage de transformation, de transport ou de distribution d’électricité provenant de l’éolien offshore,

    – de ne pas accepter de co-visibilité depuis le territoire de la Communauté de Communes Mer et Terres d’Opale pour des projets éoliens offshore susceptibles d’être implantés à proximité de son littoral.

    FacebookTwitterPartager